L’édito culture de l’agence KS Décembre 2021

La Culture ultramarine… tout feu, tout flamme !

En cette fin d’année turbulente et périlleuse, la Culture ultramarine se bat. En Outre-mer, dans les Antilles en révolte, ou dans l’Hexagone, à travers les nombreuses manifestations artistiques de la diaspora. J’ai une pensée toute particulière pour ces artistes guadeloupéen(e)s qui occupent depuis plusieurs mois le chantier abandonné de la Cité des Arts de Pointe-à-Pitre pour réclamer une vraie politique culturelle pour l’île et, plus globalement, pour les Outre-mer. L’émission « L’écrin politique » consacre d’ailleurs son portrait du mois à l’une d’entre elle : Florence Naprix, chanteuse engagée et militante qui, bien que née dans l’Hexagone, est revenue en Guadeloupe pour contribuer à son rayonnement culturel. A travers ses revendications et ses espoirs, c’est la voix de toute une génération qui s’exprime et réclame la reconnaissance et le respect de son travail.

Et cette détermination à porter haut les couleurs de la Culture créole porte ses fruits puisque ce mois de décembre a été riche de reconnaissances et récompenses pour les artistes ultramarins ! Le poète martiniquais Loran Kristian vient de remporter, le 11 décembre dernier, le Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde pour son livre « Les mots du silence » (publié chez K. Editions) à l’occasion de la 31ème édition de cette prestigieuse récompense fondée en 2006 par Edouard Glissant.

Du côté des musiciens, on pourra féliciter le Guadeloupéen Arnaud Dolmen nommé parmi les cinq meilleurs batteurs du monde en 2021 par les revues Jazz Magazine et Jazz News pour son album « Tombé Lévé ». Et comment ne pas avoir une pensée émue pour notre regretté Jacob Desvarieux à l’occasion de l’honneur rendu au groupe Kassav’ par la SACEM qui lui a décerné son Prix Spécial, le 6 décembre dernier !

A des milliers de kilomètres de là, le lien fort et indéfectible des ultramarins avec leur Culture passe également par la transmission des histoires et des patrimoines. La période de Noël peut à cet égard être une bonne occasion d’offrir de beaux cadeaux en ce sens.

Avec « Escales en Polynésie » de Titouan Lamazon, le navigateur devenu illustrateur des antipodes, nous emmène d’île en île, accompagné de sa fille Zoé, à la découverte du plus célèbre archipel du Pacifique. Ponctué de portraits attachants et d’anecdotes toujours plus instructives, son récit dessiné comportant plus de 200 tableaux est un véritable antidote à la morosité et à la grisaille hivernale, une ode au voyage et à la différence publiée chez Au fil des îles, maison d’édition basée à Tahiti.

De leur côté, les passionnés d’Histoire pourront offrir à leurs enfants deux ouvrages particulièrement pédagogiques et accessibles. Publié chez Petit à Petit et sorti en librairie à l’occasion de l’exposition « L’abîme – Nantes dans la traite atlantique et l’esclavage colonial, 1707-1830 » toujours en cours au Château des Ducs de Bretagne à Nantes, « Enchaînés dans la cale de la Marie-Séraphique », est un passionnant docu-BD qui suit les sinistres campagnes du navire négrier nantais vers les côtes d’Afrique puis vers Saint-Domingue, son commerce triangulaire et le terrible destin de ses esclaves. Sur un autre registre, les Editions du Signe consacrent un numéro de leur collection sur l‘Histoire des régions françaises en bandes-dessinées à la Guyane, de l’époque amérindienne à la conquête spatiale. Ce sera pour les plus (ou moins) jeunes, l’occasion de découvrir l’épopée méconnue de cet Outre-mer amazonien.

Et parce que la période des fêtes de fin d’année est aussi un incontournable moment de convivialité, nous ne saurions que trop conseiller aux amateurs de Rhum le délicieux ouvrage de Christian de Montaguère : Un Rhum averti en vaut deux, publié chez Larousse. Ce spécialiste de l’Art de vivre caribéen qui tient à Paris l’une de plus belles boutiques de produits venus de toutes les Outre-mer nous entraîne aux quatre coins du globe pour faire un tour du monde richement illustré des différents labels et terroirs de Rhum, des prestigieux classiques antillais aux prometteurs spiritueux japonais.

Si, malgré tout, vous trouvez ces livres trop sérieux, essayez plutôt un jeu de plateau original et ancré dans le folklore créole : « Fon lespri koko ». Inspiré des contes et légendes traditionnels du monde créole, le jeu créé par Damien Lurel (de la maison d’édition guadeloupéenne Carré tropical basée à Baie-Mahault) convoque les grandes figures du bestiaire afro-caribéen (le Soukouniyan, le Dowlis, la Gran mèr Kal ou les Maskilili) dans une enquête ludique et pleine de suspsens pour débusquer les esprits malfaisants tout en s’amusant en famille ou entre amis.

Enfin, il sera toujours temps aux amateurs d’Art contemporain d’avoir un coup de cœur pour une des œuvres plastiques de Florence Poirier Nkpa (qui expose son travail à la Cité Internationale des Arts de Paris jusqu’au 22 décembre) ou de l’un des nombreux artistes ultramarins de la galerie et agence d’Art en ligne Krystel Ann Art. Alors, quel que soit votre choix, votre combat ou votre lieu de résidence à travers le monde, l’agence K’s Communication tient à vous souhaiter, ainsi qu’à vos proches, de bonnes, fraternelles et chaleureuses fêtes de fin d’année !

La rétrospective de l’œuvre de la cinéaste guadeloupéenne Sarah Maldoror au Palais de Tokyo. Cet hommage inédit comprend une rétrospective de ses documentaires sur les Outre-mer (dont certains de ses portraits consacrés à Aimé Césaire, Léon Gontran-Damas ou Archie Shepp) projetés en continu toute la journée et une exposition passionnante sur ses documents de travail et ses préparations de tournages. Cet événement sera pour les cinéphiles l’occasion de découvrir, jusqu’au 20 mars 2022, l’univers de celle qui fut l’une des premières réalisatrices françaises, noires et féministe.

En attendant, restez connectés à notre Instagram : il y aura bientôt des places de spectacles et des jeux concours à gagner !

PS : Pensez à enregistrer cette adresse pour recevoir les prochaines newsletters et que tous les bons plans puissent arriver directement dans votre boîte principale sans partir dans les spams.

Contactez l’agence K’s Communication : contact@agenceks.com