K'S NEWS

L’édito culture de l’agence KS La culture en 2021, un sacré Carnaval !

En ce début d’année marqué par l’anniversaire des 10 ans de la disparition d’Edouard Glissant à l’occasion de laquelle ses « Manifestes », co-écrits avec Patrick Chamoiseau, vont faire l’objet d’une réédition chez La Découverte, la Culture demeure, plus que jamais, une arme incontournable d’affirmation et d’héritage pour les populations ultramarines. 

Remplaçant pour un temps la regrettée « France Ô », « Culture Box », la nouvelle chaîne éphémère de FRANCE TELEVISION, est ainsi porteuse d’espoir pour tous les artistes de la « diversité ». Car l’envie de musique est contagieuse. Quelques jours après son lancement, M6 a d’ailleurs annoncé une plus grande part de programmation musicale sur les chaînes de son groupe.

La 3ème édition du concours « Voix d’Outre-mer », qui s’est déroulée le 22 janvier dernier à l’Opéra Bastille et constitue un révélateur hors-pair de nouveaux talents lyriques, a quant à elle souligné plus que jamais la nécessité de la création de conservatoires et d’écoles de Musique dans les territoires ultramarins (qui en manquent cruellement à l’heure actuelle).

Black History month

En Guadeloupe, le multiplexe Cinéstar accueille pour sa part, jusqu’au au 28 février, le « Black History month » et sa programmation engagée consacrée aux contributions des communautés noires à l’Histoire du Monde tandis qu’à l’autre bout de la Terre, c’est le documentaire qui est fêté à l’occasion de la 18ème édition du Festival International du Film Documentaire Océanien (FIFO) qui se déroule (cette année en version numérique) à Tahiti jusqu’au 14 février 2021.

FIFO 2021

Un jury international d’exception, présidé par le réalisateur Luc Jacquet et dans le lequel des personnalités comme René Boutin, directeur artistique néo-calédonien du festival « Ânûû-rû Âboro » ou Stella Taaroamea, responsable des programmes de « Polynésie la 1ère », vont découvrir et départager une sélection de films et de documentaires jetant un coup de projecteur sur les mondes polynésiens et mélanésiens. 

Mais le mois de février n’est pas que le mois des festivals. C’est également celui du Carnaval créole ! Plus qu’une fête, le carnaval antillais est surtout l’âme d’un peuple. Il est l’expression d’une tradition qui, cette année, doit se heurter aux impératifs sanitaires dictés par le pouvoir politique. Si l’importance de ces mesures peut être entendue et comprise par la majorité des populations ultramarines, la rigueur avec laquelle est traité ce moment privilégié de notre calendrier semble se transformer, en Guadeloupe et en Martinique, en un véritable bras-de-fer avec les autorités. Le 31 janvier 2021, artistes confirmés et groupes à pieds amateurs ont manifesté contre l’interdiction des festivités en envahissant les rues de Fort-de-France à l’occasion d’un vidé sauvage. Au final, le carnaval se tiendra finalement au stade Pierre Aliker du 14 au 17 février, dans le plus strict respect des gestes barrières.

D’héritage, il en est aussi question dans deux passionnantes séries documentaires disponibles sur la plate-forme « Outre-mer La 1ère » de FRANCE TELEVISION. « Guyane underground » de Philippe Chevallier explore à travers neuf documentaires de six minutes toute la vitalité, la richesse et la créativité de la scène alternative artistique guyanaise à travers le portrait de musiciens, d’artistes plasticiens, de stylistes ou de photographes.

Dans « LaBaLaVi », le photographe-réalisateur Cédric-Isham et la journaliste Kelly Pujar recueillent quant à eux les parcours de vie des ultramarins arrivés en Métropole (par le BUMIDOM ou plus tard) pour mieux raconter leur tiraillement entre deux cultures.

LaBaLaVi Les gens de l’Horizon, une série documentaire

Ces séries nous permettront également d’attendre la sortie du prochain film de Blaise Mendjiwa : « Guadeloupe, terre de rhum et des hommes », qui reviendra sur les liens si étroits qui unissent l’île et son peuple avec cette mythique et incontournable eau-de-vie des Amériques. 

En tournée dans les écoles de Martinique avec sa compagnie Difé Kako dans le cadre du Festival Le Mois Kreyol , Chantal Loial transforme le théâtre en outil pédagogique avec son spectacle Joséphine 2B, évocation de l’Histoire antillaise, depuis la figure controversées de Joséphine de Beauharnais jusqu’à cette icône pop (et combattante) que fut Josephine Baker, sans oublier les ravages du Chlordécone.

COUP DE COEUR :

La série documentaire :
LABALAVI – Un pied dans l’Hexagone

Participez au financement de la série sur ULULE

Allez regarder la série documentaire sur