ÉDITO CULTURE Novembre 2022 :
 Les Cultures des Outre-mer entre en scène !

Partagez l'article

Spectacles musicaux exceptionnels, expositions inspirantes ou littérature graphique historique, les artistes ultramarins vous réservent un inoubliable mois de novembre !

En novembre, les ultramarins comptent bien donner de la voix et mettre un peu de folie dans ce contexte social et géopolitique difficile ! En Hexagone comme dans les territoires, les talents des Outre-mer envahissent les scènes pour le plus grand plaisir des amateurs de bonne musique, d’Art et de spectacles vivants.

La route du Rhum ne s’est pas faite en un jour

Comme chaque année, les navigateurs les plus intrépides du monde entier se sont élancés depuis St Malo pour traverser l’Atlantique direction la Guadeloupe. Et Pointe-à-Pitre les attend pour les accueillir après cette intrépide aventure nautique. Cette manifestation qui unit tous les ans le célèbre port breton à la Caraïbe est plus que jamais l’occasion de célébrer, de part et d’autre de l’océan, cette rencontre des cultures. Après un passage par Prades puis Paris,

 l’exposition itinérante La Route des Arts 2022 s’installe à Pointe-à-Pitre à partir du 10 novembre et c’est l’occasion pour tous les amateurs d’Art de découvrir le travail et l’univers d’artistes ultramarins comme S. Adeli, Al Pacman ou Djumbo Ly. Et si le cœur vous en dit, pourquoi ne pas continuer jusqu’au Gosier où se tient également l’Art + Rhum Festival, rassemblement d’Art contemporain où les artistes de Guadeloupe viennent présenter leur créativité et rencontrer le public à l’abri des chapiteaux des pavillons de l’Arawak Beach Resort. Deux belles raisons de profiter de cet événement de renommée internationale pour promouvoir les talents des Outre-mer !

Bobino célèbre les divas noires

Si célébrer le Présent ne suffit pas, pourquoi ne pas se tourner vers un Passé dont on peut être fier ? Le théâtre parisien de Bobino célèbre les destins des grandes divas noires du XXème siècle à travers deux somptueux spectacles à ne pas manquer. En attendant le biopic que réalisera Maïmouna Doucouré pour le grand écran, le metteur en scène Jean-Pierre Hadida rend un émouvant hommage à l’icône Afro la plus célèbre des années 20 dans Joséphine Baker – Le musical, 

Du Théâtre pour éveiller les consciences

Après un succès bien mérité en Hexagone, Zantray, la pièce culte de Franck Salin interprétée par Irène Bicep Leyko et Christian Julien sur les violences intrafamiliales, arrive enfin en Guadeloupe pour 9 représentations qui seront proposées du 5 au 20 novembre. Ce sera l’occasion pour le public ultramarin de découvrir cette œuvre puissante et, pourquoi pas, de commencer à débattre plus en profondeur sur ces questions. 

Au rayon Jazz

Le Jazz des Antilles est bien vivant et en fait la démonstration fracassante avec la sortie de Bel Matjoukann, le premier album solo du pianiste martiniquais Thierry Vaton et la tournée dans tout l’Hexagone de Jean-Philippe Fanfant, le mythique batteur-compositeur guadeloupéen qui va réveiller les Zénith nationaux avec ses légendaires percussions. Ce mois de novembre sera également le moment de retrouver son co-disciplinaire de génie Sonny Troupé continue-lui aussi sa tournée dans l’Hexagone, en Guadeloupe et dans toute l’Europe à l’occasion de la sortie de son dernier album Romance. 

De la Guyane à la Polynésie, entrer dans la Danse

En Outre-mer, la Danse demeure un moment culturel phare et cher au cœur des habitants de ces territoires qui se sentent parfois à l’écart du petit monde chorégraphique qui rythme la vie artistique parisienne. Pour remédier à ce triste constat et assurer la formation de nouvelles générations de professionnels qui pourront à leur tour être garant de la transmission au plus grand nombre des savoir-faire de l’Opéra, cette prestigieuse institution qu’est l’Opéra de Paris lance L’Opéra en Guyane, un projet de coopération culturelle territoriale sur la durée avec les grands acteurs culturels et sociaux du territoire. En collaboration avec l’EPCC – Les Trois Fleuves, cette opération de décentralisation culturelle comprendra une détection des talents ainsi qu’un programme de découverte de l’Opéra et de ses métiers via des dispositifs d’apprentissage. Aux antipodes, loin de l’Hexagone et de ses clichés, la Polynésie ne sera pas non plus en reste ce mois-ci puisque novembre marque traditionnellement le moment de retrouver sur scène le meilleur des troupes de danses tahitiennes rassemblées à l’occasion de la 16ème édition du Hura Tapairu dont le concours se tiendra du 23 novembre au 3 décembre à la Maison de la Culture de Tahiti. Preuve en est que les traditions et le patrimoine de la Danse sont plus que jamais vivants dans le Pacifique !

 

De Paris à la Réunion, savoir s’exposer

Et pendant que certains font la fête, d’autres l’exposent ! Le musée du Quai Branly fait ainsi la part belle aux magnifiques créations des Black Indians de la Nouvelle-Orléans, émanation américaine de l’héritage créole de la culture du Carnaval, fusion parfaite entre les racines amérindiennes et l’esprit des traditions africaines des habitants de Louisiane. Un peu plus loin, sous les Grandes Serres du Jardin des Plantes, l’exposition Automne tropical transporte les visiteurs jusqu’au 28 novembre dans la jungle amazonienne à travers les dessins de deux artistes naturalistes, Delphine Zigoni et Julien Norwood, qui soulignent la richesse de la biodiversité de cette région longtemps considérée comme le « poumon de la planète ».

 Pour ceux qui sont plus « Art contemporain », la galerie parisienne Meharanh présente, du 11 novembre au 1er décembre, l’exposition Emulsion, rencontre inédite de l’excellence plastique de deux artistes phares de la création caribéenne actuelle : l’univers fascinant des peintures en « noir et blanc » de Florence Poirier-Nkpa et les étonnants bijoux-sculptures de Valérie Bui. Enfin, l’île de la Réunion sera elle aussi une destination culturelle à privilégier à l’occasion de l’exposition du Musée des Arts Décoratifs de l’Océan Indien de St Louis consacrée au Bestiaire du Madoi, une présentation des chefs d’œuvres immémoriaux consacrés par les artistes locaux aux animaux fantastiques et sacrés de la spiritualité réunionnaise.

Histoire(s) de coincer la bulle

Pour ceux qui sont plus « Art contemporain », la galerie parisienne Meharanh présente, du 11 novembre au 1er décembre, l’exposition Emulsion, rencontre inédite de l’excellence plastique de deux artistes phares de la création caribéenne actuelle : l’univers fascinant des peintures en « noir et blanc » de Florence Poirier-Nkpa et les étonnants bijoux-sculptures de Valérie Bui. Enfin, l’île de la Réunion sera elle aussi une destination culturelle à privilégier à l’occasion de l’exposition du Musée des Arts Décoratifs de l’Océan Indien de St Louis consacrée au Bestiaire du Madoi, une présentation des chefs d’œuvres immémoriaux consacrés par les artistes locaux aux animaux fantastiques et sacrés de la spiritualité réunionnaise.

Dans une certaine forme de continuité, comment ne pas applaudir le dernier livre de Claude Ribbe, infatigable historien de la présence créole dans l’Histoire de France, qui sort chez Tallandier une passionnante (et définitive ?) biographie du Chevalier de Saint-Georges ! Il met en lumière avec talent et profusion de détails et d’anecdotes, le destin trop méconnu de cet aristocrate métisse, descendant d’esclaves et pourtant devenu le chef de la garde rapprochée de la reine Marie-Antoinette, bretteur renommé et compositeur de partitions baroques parmi les plus belles. Le livre tombe d’ailleurs à point nommé et au moment où cet héritier de la Guadeloupe semble connaître les faveurs du petit et du grand écran puisqu’un biopic américain, Chevalier de Stephan Williams, va bientôt sortir en salles et que le virtuose dandy bénéficie d’une belle exposition dans la récente série Canal+ sur Marie-Antoinette. Autre figure plus récente mais qui semble toujours séduire les auteurs : Aimé Césaire. Dans Césaire, vivre debout, évocation graphique du chantre de la Négritude parue chez Flammarion, Nicolas Deleau et Anne Douaire-Banny restituent, quant à eux, toute la beauté et la puissance de ce personnage hors du commun dont les combats ont inspiré tant de générations d’Afro-descendants. Enfin, n’oublions de nous féliciter du succès du dernier livre de l’auteur haïtien Makenzy Orcel qui, avec son roman à l’écriture exigeante et mordante, Une somme humaine, est parvenu à se hisser parmi les finalistes du Prix Goncourt 2022 ! De quoi tourner la page en pleine connaissance de cause…

Notre coup de cœur

Le coup de projecteur de l’émission Culturebox de France Télévision qui diffuse le 15 novembre Christine Salem – Une âme maloya, un documentaire sur l’incroyable carrière de Christine Salem, voix féminine emblématique de l’île de la Réunion qui se bat pour faire survivre les traditions et porter haut la créativité des artistes réunionnais.

Partagez l'article